Manga Maniac
Pas encore inscrit(e)?

Venez nous rejoindre dans la communauté !

A bientôt.

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant

Comment avez vous trouver "Les japonais aussi pètent parfois les plombs"?

0 - 0%
0 - 0%
0 - 0%
0 - 0%
0 - 0%
 
Total des votes: 0
avatar
~~ Adminotaku ~~
Féminin Vierge Rat
Messages : 3232
Otaku Points : 8433
Date de naissance : 22/09/1984
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 32
Localisation : 95
Voir le profil de l'utilisateurhttp://setonamizushiro-fr.forumgratuit.org/

Les japonais aussi pètent parfois les plombs

le Mar 21 Juil - 17:27
Les japonais aussi pètent parfois les plombs



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Titre : Les japonais aussi pètent parfois les plombs

Scénario : Ichiguchi, Keiko

Dessin : Ichiguchi, Keiko

Editeur : Kana

Nombre de Pages : 150

Après Pourquoi les Japonais ont les yeux bridés, Keiko Ichiguchi (1945, America) lève pour nous un nouveau pan du voile mystérieux qui entoure son pays natal. Installée à Bologne, en Italie, depuis plusieurs années, c’est avec un regard à la fois critique, amusé, étonné, voire perplexe, qu’elle nous parle du Japon.
Tout y passe. A commencer par les nouvelles modes qui y sévissent, comme cet engouement des jeunes femmes pour les hommes à lunettes (les « megane-danshi »), qui a conduit à l’ouverture de salons de thé où ces dames sont servies par des binoclards tirés à quatre épingles. Elle s’intéresse aussi aux bizarreries de l’évolution du langage et aux conséquences du changement des mœurs qui amènent désormais la jeunesse nippone à s’enlacer ou s’embrasser en public. Elle détaille également, sur plusieurs chapitres, une période de l’histoire de son pays, celle de la fin des samouraïs, à l’aube de l’ère Meiji. S’intéressant à différents traits culturels nippons, elle montre que les fameuses geishas sont loin de l’image qu’on en a en Occident et que, définitivement, la concurrence à l’école et la réussite aux examens peuvent avoir des résultats fâcheux pour ceux qui en supportent moins bien la pression. Ce n’est pas sans malice, qu’elle évoque l’extrême politesse, souvent vide de sens malheureusement, des vendeurs au combini, ou encore la liste bien maigre des jurons japonais. Quant à son marathon à une foire du manga et des fanzines, il fait sourire, rien qu’à imaginer la tête que feraient nos chasseurs de dédicaces occidentaux devant le défi que ça représente.
Pour agrémenter un ensemble déjà bien plaisant, quelques dessins pleine page accompagnent les anecdotes, de même qu’en fin d’ouvrage, une dizaine de strips frais et plein d’humour
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum